user_mobilelogo

Cart

Help

The cart offers an option to put images into and request them.

La demeure du chaos

Hits: 321


La demeure du chaos

         Pour comprendre ce qu’est la demeure du chaos, il faut d’abord comprendre la démarche de son fondateur et propriétaire. Thierry Hermann est un artiste plasticien qui fait l’acquisition du domaine de la source, ancienne demeure bourgeoise, dans le village historique de  Saint-Romain-au-Mont-d ’Or près de Lyon.

A partir de 1999, la résidence de 9000m2 va devenir sous son impulsion, un lieu de création artistique ou la matière se transforme en œuvres contemporaines représentatives selon lui d’un XXIème siècle qu’il décrit comme « tragique et somptueux ».  Il sculpte des œuvres monumentales comme ce bunker en acier brut de 120 tonnes ou «  l’oiseau de fer » fait à partir de la carcasse d’un avion.

 

         Mais Thierry Hermann n’est pas seul, il est suivi par des dizaines d’artistes dans sa  folie créative et les œuvres se mélangent très vite d’une façon qui semble totalement anarchique. Portraits des figures du bien et du mal qui ont marqués notre époque, chiffres, fresques, pensées, gravures, revendications politiques et symboles de toutes sortes envahissent le site qui était au XVIIème siècle le refuge d’une communauté protestante.

         C’est donc la découverte de l’histoire du domaine de la source, et du temple protestant qu’il abritait autrefois, qui inspira à son propriétaire et à ses invités la réalisation de plusieurs œuvres à la fois mystiques et mystérieuses au style gothique.

         Mais cette atmosphère apocalyptique, et ces œuvres imposantes contrastent totalement avec la paisible cité médiévale qui l’entoure et n’est pas du goût de tous. La mairie de Saint Romain au Mont d’or intente plusieurs procès pour non-respect des règles de l’urbanisme et des plans d’occupation des sols.

 

         Dès lors, la demeure du chaos que Thierry Hermann qualifie lui-même « d’extrémité de l’art contemporain », pose la question de la cohabitation entre l’œuvre et la norme et devient le nouveau scandale de l’histoire de l’art. En 2008, la justice française finie par rendre son verdict et la cours d’appel de Grenoble demande la remise en état du site et donc la destruction pure et simple des milliers d’œuvres qu’il abrite. Pourtant ce musée gratuit et ouvert à tous attire près de 120 000 visiteurs par ans et fait l’objet de milliers de reportages jusqu’au New York Times, qui le décrit comme « une des aventures artistique les plus fortes du XXIème siècle ». Voilà donc comment un petit musée privé de la banlieue lyonnaise peut susciter une énorme vague d’intérêt jusqu’à l’autre bout de l'Atlantique …

Recherche